Filmographie et autres oeuvres

Raoul Ruiz Cinéaste
Lignes de Wellington
La Nuit d'en face
Ballet aquatique
Mystères de Lisbonne
L’estate breve
A Closed Book
El Pasaporte amarillo
La Maison Nucingen
Litoral, cuentos del mar
Agathopedia
Le Don
La Recta provincia
Klimt
Le Domaine perdu
Dias de campo
Edipo
Chronique d'une mise en scène
Une Place parmi les vivants
Vertige de la page blanche
Ce jour-là
Miotte vu par Ruiz
Cofralandes
Combat d'amour en songe
Comédie de l'innocence
Les Ames fortes
Comédie d'innocence (version Fresnoy)
Le Temps retrouvé
Shattered Image
Le Film à venir
Généalogies d'un crime
La Comédie des ombres
Nemesis divina
The Suicide club
Turis eburnia
Wind and Water (Feng Shui)
Promenade
Notte oscura dell'Inquisitore
Trois vies et une seule mort
Fado majeur et mineur
Il Viaggio clandestino - Vite di santi e di peccatori
Capitolo 66
Miroirs de Tunis
Las Soledades
A T.V Dante
L'Œil qui ment
Visions et merveilles de la religion chrétienne
Basta la palabra
L'Exote
La Telenovella errante
The Golden Boat
Le Livre de Christophe Colomb
Il Pozzo dei pazzi
Responso : Homage to Huub Bals
Humanitas
L'Autel de l'amitié
Tous les nuages sont des horloges
Derrière le mur
Paya e tala, une visite chez Farid Belkahia
Histoires de glace
La Chouette aveugle
Le Professeur Taranne
Mémoire des apparences
Régime sans pain
Mammame
Angola ou les enfants du bannissement
L'Evéillé du pont de l'Alma
L'Île au trésor
Richard III
Les Destins de Manoel
Dans un miroir
Voyages d'une main
Lourdes
7 faux raccords
Voyage autour de ma chambre
La Ville des pirates
Lettre d'un cinéaste ou le Retour d'un amateur de bibliothèques
Point de fuite
Bérénice
La Présence réelle
Les Trois couronnes du matelot
Photographies
Querelle de jardins
Ombres chinoises
Le Petit théâtre
Classification des plantes
Le Toit de la baleine
Images de sable
Le Territoire
Pages d'un catalogue
La Ville nouvelle
Télétests
Musée Dali
Fahlstrom
Le Borgne
Petit manuel d'histoire de France
Le jeu de l'oie
Jeux
Images de debats
L'Hypothèse du tableau volé
Les Divisions de la nature
De grands événements et de gens ordinaires
La Vocation suspendue
Colloque de chiens
Sotelo
El cuerpo repartido y el mundo al reves
Dialogue d'exilés
Nueva cancion (Chilena)
El Realismo socialista considerado como una de las bellas artes
Palomita brava
Palomita blanca
Abastecimiento
Los Minuteros
Poesia popular, la teoría y la práctica
La Expropiacion
Nadie dijo nada
Ahora te vamos a llamar hermano
La Colonia penal
¿Que hacer?
Militarismo y tortura
La Catenaria
Tres tristes tigres
El Tango del viudo
Le Retour
La Maleta
Raoul Ruiz Écrivain
Raoul Ruiz Metteur en Ondes
Raoul Ruiz Metteur en scène
Raoul Ruiz Scénariste
Raoul Ruiz Producteur
Raoul Ruiz Acteur
Expositions de Raoul Ruiz
 
 

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Le Territoire

Le Territoire de Raoul Ruiz
long métrage fiction 35mm Portugal, Etats-Unis (1981) 1h 50min.
Date de sortie : 19 janvier 1983
Autre titre :
O Território, The Territory
Réalisé par :
Raoul Ruiz
Avec :
Isabelle Weingarten, Rebecca Pauly, Geoffrey Carey, Jeffrey Kime, Paul Getty Jr., Shila Turna, Artur Semedo, Camila Mora, Ethan Stone, José Nascimento, João Bénard da Costa, Rita Nascimento
Synopsis :
Des jeunes touristes (américains et français) partent en randonnée dans la forêt avec leurs enfants. Très vite leur guide les abandonne. Ils se retrouvent perdus dans "le territoire", une zone qui résiste à l'entendement. Non seulement leur carte ne correspond pas au territoire, mais surtout le territoire se refuse à leur logique.
Scénario :
Raoul Ruiz, Gilbert Adair
Montage :
Valeria Sarmiento, Claudio Martinez
Production :
VO filmes, New world pictures, Oxala Produção
Directeur de la production :
Roger Corman, Paulo Branco, Pierre Cotrel, Artur Castro Neves
Image :
Henri Alekan, Acácio de Almeida
Son :
Joaquim Pinto
Musique :
Jorge Arriagada
1er assistant :
François Ede, jose Nascimento

Un film de Raoul Ruiz

Document(s)

Le Territoire

Source : Libération 19 janvier 1983

Par Serge Daney


Si Le Territoire avait été vraiment fait pour plaire à Corman, le passage à l'acte cannibale aurait été le moment fort du film. Mais si le cannibalisme ne laisse pas indifférent Ruiz, (c'est lui-même un gourmet, un goinfre, un cuisinier, l'inventeur d'étranges ratas, un ogre), c'est surtout comme technique d'escamotage (comme principe esthétique, le cannibalisme signifie la fin du hors-champ) et comme thème religieux (il avait pensé appeler son film "L'eucharistie"). Mais pas comme "scoop".
Si bien que la caméra ne sera pas là pour filmer la transformation du guide faisandé en gigot puis en lamelle de sashimi séchant sur une corde à linge. Pas plus que la décision d'appeler "communion", l'ordinaire cannibale du groupe survivant.
Raoul Ruiz raconte Le Territoire

Source : Cahiers du cinéma 344 février 1983

Par Thévenet Virginie


Qu'est-ce qui t'intéresse toi personnellement dans le cannibalisme ?


> L'idée d'installer une micro société dont la base est la pratique de ce tabou. La formation de la société. Quelles sont les bases réelles de n'importe quel contrat social ? Quelle force fait que ces gens qui sont tombés en avion se mangent alors qu'ils ont encore de la nourriture...

Est-ce que tu trouves que ton film est un film mystique ?

> je ne sais pas ... Qu'est-ce que le mysticisme ? C'est prendre le système ou la partie pour plus grande que le tout. Pour simplifier, l'état mystique consiste en ce qu'un instant est plus long qu'une journée par exemple. Dans ce cas, oui.
Le Territoire

Source : lecinemaderaoulruiz.com mars 2007

Par Pierre-Alexandre Nicaise


Le Territoire (1981), 38ème film de Raoul Ruiz, tourné en quelques jours au Portugal, est une sorte de film d'aventure (sans chasse au trésor), mâtiné de film d'horreur (sans que rien de véritablement horrible ne soit vu), et plus sûrement un film métaphysique teinté de fantastique et de merveilleux.

Ce divertissement macabre sur le thème du cannibalisme met en scène un groupe d' américains (deux couples, deux enfants) et leur guide, partis en forêt pour une excursion. Il s'inspire d'un fait divers survenu dans la Cordillère des Andes après une catastrophe aérienne. Wenders utilisa les acteurs du film pour son Etat des choses tourné au même moment. Yann Lardeau note à ce propos (Cahiers du cinéma n°343) : "Le lieu de tournage, les acteurs étant les mêmes, on peut légitimement considérer L'état des choses comme un document sur Le Territoire et un hommage à Ruiz". C'est en effet en voyant les rushes du Territoire que Wenders décida de tourner son film.

le-territoire-paysageHenri Alekan (chef opérateur de La Belle et la Bête (1945)) a su tirer parti d'un décor minimaliste (des rochers et des arbres), pour opérer une fusion entre réel et fantastique dans l'alternance du jour et de la nuit et de zones temporelles indéterminées (utilisation étonnante de filtres de couleur).

Très vite, le guide va disparaître et notre groupe va se perdre dans Le Territoire, une sorte de "zone", un espace fictionnel qui n'est pas sans rappeler  celui du Stalker (1979) de Tarkovsky. Prisonniers de cet espace, nos héros n'en saisissent pas les contours.

le_territoire-mainEntre onirisme sobre, réalisme parfois cru, "rationnalités" de la société (occidentale) et irrationnalité d'un groupe de personnes livrées à elles-mêmes, Raoul Ruiz distille avec son humour habituel une étrangeté inédite qui sait raviver des peurs archétypiques liées à l'enfance, décrivant avec finesse les étapes par lesquelles les personnages du film évoluent. Ils ne comprennent pas les règles de ce récit anthropologique qui, comme rarement sans doute au cinéma, nous rapproche d'un sentiment archétypique : le geste chez Ruiz est un continent à part entière qui nous plonge dans un autre temps de l'humanité. Autre, lointain, et si proche, si constitutif à la fois. Il suffit pour le comprendre de voir cette image des mains qui touchent des ossements : ce que Ruiz met en scène ici, c'est le présent de la perception confronté à une représentation intemporelle de l'humanité. En Effet, pour Raoul Ruiz, comme il l'écrit quelque trente ans après ce film dans un texte paru dans Positif (n°553 mars 2007), Le Cinéma, art de l'ombre : "C'est grâce à l'âme des os, cette cathédrale engloutie, que le film archétype peut se manifester".

Nos personnages sont désarmés face à leurs propres représentations, dans un territoire qui semble ne plus respecter les conventions de la perception, mais qui malgré l'usage "défamiliarisant" qu'en fait Ruiz, reste la plupart du temps réaliste. Là réside sans doute un point important qu'aborde ce film : la perception de la réalité dépend de nos représentations, de notre langage. La zone d'incertitude qui se dévoile dans le territoire est celle des représentations qui agissent comme des filtres dans notre rapport aux choses, thème cher au cinéaste.

le-territoire-de-raoul-ruizLa force et l'étrangeté du film tiennent à ce que ce ne sont pas seulement les représentations évoquées par l'histoire et les personnages - c'est -à-dire les représentations explicitées par les formes admises de ce genre de film - mais plus fondamentalement, des représentations de spectateur de cinéma, qui sont convoquées dans le partage de cet espace cinématographique. Tout se joue dans la valeur accordée à la distance vis-à-vis de la représentation (sujet ruizien), qui ici s'intègre de manière inédite dans la trame du récit (là encore pensons à l'usage des filtres de couleur, mais aussi par exemple à l'image du crâne dans l'espace qui fait écho à l'os de 2001, Odyssée de l'espace). Ou en d'autres termes, à partir de quel moment et dans quelles conditions, une représentation cinématographique devient-elle reflexive ? A partir de quel moment  le spectateur prend-il du recul vis-à-vis de ce qu'il voit ? Dans Le Territoire, ces frontières sont ténues, et c'est dans cette incertitude que le spectateur prend sa place. Il est l'un des personnages, qui tente de retrouver son chemin dans l'espace cinématographié.
Le cinéma comme constructeur d'espaces de représentation, mais aussi comme mise en place mise en scène d'un espace narratif pertinent qui permet ce déplacement des limites et des frontières cinématographiques, se concrétise par le biais d'une conception du temps, une gestion de temporalités au sein du film, qui donnent corps si l'on peut dire, aux appréciations, évaluations de l'espace : Eléments naturels et gestes sont contextualisées par différentes temporalités - possibles probables ou crédibles ou contradictoires.

le-territoire-carteLa nature, filmée dans cette durée - une temporalité sans véritable repère autre que le jour et la nuit - acquiert un caractère particulier qui nous emmène petit à petit vers un au-delà de l'histoire. On peut penser à Coppola, Malick ou Ichikawa : si Le Territoire n'est pas un film de guerre, il renvoie à un type de présence de la nature comparable à celle convoqué par ces auteurs dans certains de leurs films (Apocalypse Now, Les feux dans la plaine ou La ligne rouge par exemple).

Le film renvoie au thème de l'humanité dépendante d'une nature qui la dépasse, dans laquelle elle n'est qu'un élément. Il convoque en nous des images fantastico-ancestrales, merveilleusement primitives (la peur de la nuit, l'étrangeté de la nature, etc.), privilégiant des degrés contradictoires de notre spectature à un récit dont la linéarité diégétique assure la tension dramatique chez d'autres cinéastes.

Cependant, l'homme (et son intériorité) privé de ses repères n'est pas seulement mis dans le film en opposition avec la nature, devant mener un combat contre les éléments : il devient élément du territoire, mieux il est celui par qui le territoire advient. Ainsi, le thème du cannibalisme n'est-il pas un simple symptome narratif : la faim provoque une fusion de l'homme avec la nature, une incorporation de l'homme par l'espace. Peut-être le film réussit-il à induire un sentiment d'indifférenciation entre l'homme et son environnement.

Cela se produit dans une probable référence à Tarkovski, ou en tout cas une proximité : dans Stalker, nous regardons le personnage qui contemple un espace qui renvoie à son intériorité : souvenons-nous du "C'est plutôt sombre, hein professeur ?". Dans Le Territoire, le Stalker est le spectateur qui affronte les contours de sa conscience par identification non pas à un personnage, mais à l'espace même du film et donc à un cadre collectif. Le geste se transforme sous nos yeux en un retour vers ce qui a précédé l'h(H)istoire.

C'est cette tension d'identification que Le Territoire met en scène et propose de dépasser dans l'acquisition par le spectateur d'une conscience spatiale par le biais du cinéma. L'espace dépouillé en partie de sa contemporanéité devient ainsi la matrice d'une réinvention de la perception et le film, la possible modélisation d'une communauté de représentation, une promesse constructive. Chez Ruiz, l'éclatement, la dispersion, la multiplication, sont souvent l'occasion d'un retour à soi. Ici c'est dans la variation d'échelle de la perception du temps que se joue la recherche d'un espace commun.

le-territoire-anti-polluantLe film peut plus classiquement être abordé comme une critique de la société dont les individus ont intériorisé les normes au point de ne plus pouvoir exister sans elles. Il ne se borne cependant pas aux conventions de genre(s) et propose une narration qui détourne les codes, là aussi en jouant avec la valeur de distanciation.

A un moment du film, un enfant se tient contre un cadavre pour se réchauffer. Cet incroyable moment de cinéma mêle les sentiments et sensations les plus opposés et les plus extrêmes. Il se déroule dans  la pénombre. Seule une voix d'enfant, mais nous sommes cet enfant, se fait entendre dans la nuit cosmique...

C'est souvent par là, par la voix, que Ruiz réussit à focaliser, à rassembler les différentes et contradictoires formes de distanciation en un point qui concentre le récit de ses rêves. A l'image du cri que l'on peut entendre  dans Combat d'amour en songe, autre film "portugais".

Référence(s)

----------
Cahiers du cinéma 343 1983
Voyage au bout de l'enfer
Lardeau Yann

----------
Cahiers du cinéma 344 1983
Raoul Ruiz raconte Le Territoire
Thévenet Virginie

----------
Cahiers du cinéma 345 1983
Entretien avec Henri Alekan
Alain Bergala, Yann Lardeau


----------
Cinématographe 86 1983
Le Territoire
Didier Goldschmidt


----------
Cinématographe 86 1983
Le Territoire
Pierre Guislain, Charles Najman


----------
Cinématographe 86 1983
Lost in the 0-zone again
Jeffrey Kime, Geoffrey Carey


----------
Cinématographe 87 1983
Le Territoire
Didier Goldschmidt


----------
Cinématographe 88 1983
Le Territoire
Didier Goldschmidt


----------
Libération 1983
Le Territoire
Serge Daney

----------
Positif 265 1983
Le Territoire
Alain Masson


----------
Revue du Cinéma 380 1983

----------
Télérama 1723